Rechercher dans Standen & Landen

12 September 2019

SOUTENANCE DE THESE/DOCTORAATSVERDEDIGING: Maarten VANKEERSBILCK, Justitie in de steigers. De moeizame weg naar het Gerechtelijk Wetboek (Gent/Gand: UGent, 13 SEPTEMBRE 2019)

De redactie van Standen en Landen wenst Drs. Maarten Vankeersbilck te feliciteren met de openbare verdediging van zijn doctoraal proefschrift over de geschiedenis van het gerechtelijk recht in België deze vrijdag 13 september! Onder promotorschap van Dirk Heirbaut en Frederik Dhondt.

Les rédacteurs de Standen en Landen souhaient féliciter Drs. Maarten Vankeersbilck avec le soutien de sa thése de doctorat sur l'histoire du droit judiciaire de la Belgique ce vendredi 13 septembre! Sous la direction de Dirk Heirbaut et Frederik Dhondt.

Korte beschrijving

Sinds decennia staat het Justitiepaleis van Brussel weer in de steigers. We zijn zelfs op het punt gekomen waarop de oorspronkelijke steigers, bedoeld voor de renovatie, vervangen moesten worden. De renovatiewerken raken nooit voltooid en de stutstellingen zijn een deel van het gebouw geworden. Ondertussen vallen stukken uit de plafonds naar beneden en kampen de kelders met vochtproblemen. Ligt dit aan de kwaliteit van het oorspronkelijke bouwwerk? Of had een renovatie al veel eerder moeten plaatsvinden? Het vormt in elk geval een mooie metafoor voor de geschiedenis van het gerechtelijk recht in België. Dit proefschrift biedt een algemeen overzicht van de evolutie van het gerechtelijk recht in België van het einde van de 18de eeuw tot vandaag, identificeert de menselijke factoren die deze evolutie sturen of stuurden en analyseert de hervormingen (of het gebrek daaraan) in het licht van een strijd tussen verschillende belangengroepen.

Praktisch

Wanneer

Vrijdag 13 september 2019, 17:00

Waar

Aula, Ceremoniezaal, Voldersstraat 9, 9000 Gent

Meer informatie

Op de website van de Universiteit Gent.

10 September 2019

VACATURE/OUVERTURE DE POSTE: docteur(e) en Histoire (Archives de l’Etat/l’Universite Saint-Louis – Bruxelles) (DEADLINE: 1 Octobre 2019)

Les Archives de l’Etat et l’USL-B recrutent un·e docteur·e en Histoire (h/f/x) dans le domaine «archives & histoire coloniales belges» (programme FED-tWIN)


Contexte

FED-tWIN is a new federal research programme from the Belgian Science Policy Office to promote sustainable cooperation between ten Federal Scientific Institutions and Belgian universities through the funding of joint research profiles.
SHARE — Supply a Fair and Transparent Access to a shared Heritage - the ‘Africa Archives’ - to implement Decolonised Research about Belgian colonisation in Congo, Rwanda and Burundi (1885-1962).

This FED-tWIN profile aims at taking advantage of the relocation of ‘Africa archives’ to AGR-ARA (State Archives in Belgium) and USL-B (Université Saint-Louis – Brussels) expertise in colonial history in order to enable Belgian, Congolese, Burundian and Rwandan societies to reconnect with their colonial past. The project consists of four WP. One work package (WP) is assigned to each unit. In WP1, the FED-tWIN researcher will increase the accessibility of ‘Africa archives’ by writing new finding aids (mainly inventories and databases), by retro converting old ones and by revising the conditions for consultation. WP2 is dedicated to the digital repatriation of these archives and the transfer of knowledge about those. The researcher will prepare this repatriation by removing diplomatic, technical and ethical obstacles that could hinder this transfer. The ‘Africa archives’ constitute a unique heritage. However, this collection does not contain all the archives of Belgian colonisation. In WP3, the FED-tWIN researcher will search the colonial archives remaining in Central Africa to repatriate a digital copy to Belgium. They will also complete this collection by collecting oral testimonies from European and African colonisation actors. WP4 is a transversal WP focused on communication and dissemination of project results to an audience of historians and archivists, to an audience of citizens and to an audience of students.

USL-B is a centre of excellence for research in Belgian colonial history. Its expertise is forged from the exploitation of the ‘Africa archives’ i.e. documents produced by the Ministry of Colonies, the General Government of the Belgian Congo and the services that compose it as well as the mandated administration of Rwanda and Burundi. At the same time, AGR-ARA has a strong and recognised expertise in management, preservation and dissemination of Belgian public archives. Since 2016, its collection includes almost 10 linear kilometres of ‘Africa archives’ until then kept at the Belgian Ministry of Foreign Affairs. AGR-ARA faced a challenge: applying its know-how to a new archival material - the ‘Africa archives’. Only a researcher specialised in Belgian colonisation history with a thorough knowledge of its archives can take it up, to join the existing team and to consolidate expertise.

The expert would build their expertise on the basis of the knowledge developed within USL-B on the one hand and AGR-ARA on the other. The researcher will have to develop an unparalleled knowledge about the colonial archival production (e.g. map the main archive producers and their documentary production’s logic) and the archival policies implemented in Congo (1885-1908, 1908-1960) and in Rwanda and Burundi (1924-1962), as well as those currently in force in Europe and Africa for the management of colonial archives. At the same time, they will mobilise the ‘Africa archives’ as teaching material and as a source to conduct an in-depth study of interracial violence in the long run. This protean phenomenon has been widely denounced for the Congo Free State period and the independence, but it must now be considered in a broader way. Interracial violence should be considered in the long term as a tool and a support for any activity in (post)colonial context. 

Institutions 

Les Archives générales du Royaume et Archives de l’État dans les Provinces sont un établissement scientifique fédéral faisant partie du Service public de Programmation (SPP) Politique scientifique. L’institution comprend les Archives générales du Royaume à Bruxelles, 18 dépôts répartis dans tout le pays et le Centre d'Études et Documentation Guerre et Sociétés contemporaines (CegeSoma). Les Archives de l’État acquièrent et conservent (après tri) les archives d’au moins 30 ans des cours et tribunaux, des administrations publiques, de notaires, ainsi que du secteur privé et de particuliers. Elles veillent que les archives publiques soient transférées selon les normes archivistiques. Mettre ces documents d’archives à la disposition du public, tout en respectant la protection de la vie privée, est une des missions primordiales de l’institution. Dans les 19 salles de lecture, les Archives de l’État mettent une infrastructure à la disposition d’un public varié. Le service au public directement via Internet (la salle de lecture numérique) est une des priorités de l’institution.

 
L’Université Saint-Louis – Bruxelles est située au cœur même de la capitale de l’Europe. Elle bénéficie de tous les avantages d’une grande métropole multiculturelle. Créée en 1858, elle compte aujourd’hui plus de 3500 étudiant·e·s, réparti·e·s entre quatre facultés et un institut. L’enseignement à Saint-Louis se caractérise par son ouverture culturelle, son caractère interdisciplinaire et sa dimension internationale. En outre, il est indissociable d’un travail constant de recherche dont il s’aliment et à partir duquel il s’actualise sans cesse. Organisée autour de 18 centres de recherche en sciences sociales et humaine, l’activité scientifique à Saint-Louis se traduit par l’intégration de ses chercheur·e·s et centres de recherche dans des programmes et réseaux nationaux et internationaux. Le Centre de Recherche en histoire du droit et des institutions (CRHiDI, https://www.crhidi.be) rassemble les enseignant·e·s - chercheur·e·s en histoire et en histoire du droit, autour d’axes thématiques trans-périodes, dont l’histoire (post)coloniale de la Belgique. 

 
Fonction 

La fonction, telle que définie dans le projet, s’organise autour de quatre axes d’activité, avec un programme provisionnel de résultats pour les deux premières années.
  1. La·le chercheur·e FED-tWIN œuvrera à accroître l’accessibilité aux « Archives africaines » par la rédaction d’outils d’aide à la recherche, par la rétro-conversion des outils existants et par la révision des conditions d’accès. Exemple de résultats attendus : la rédaction d’un Jalons de recherche consacré aux « Archives africaines » ;
  2. Il·elle collaborera au rapatriement numérique de ces archives. Exemple de résultats attendus : le développement et la consolidation des réseaux scientifiques existants et la participation active à des consortiums de recherche ;
  3. Il·elle contribuera à l’identification des archives de la période (post)coloniale en Afrique centrale et veillera à rapatrier une copie numérique de celles-ci. Exemple de résultats attendus : état des lieux des archives orales disponibles en Belgique et en Afrique centrale, mise en place de nouvelles enquêtes orales ;
  4. Il·elle participera à la communication et à la dissémination des transferts de connaissance et des résultats de recherche à destination de la communauté étudiante, de la communauté scientifique et de la société civile. Pour le volet « enseignement », la·le candidat·e aura la charge de 75h de cours et du séminaire annuel en histoire contemporaine à l’USL-B. Exemple de résultats attendus : la mise en place d’un séminaire conjoint entre les AGR et l’USL-B, la rédaction d’un guide à la recherche à l’attention des jeunes chercheur·e·s en études africaines, spécifiquement à l’histoire (post)coloniale belge, un ouvrage grand public mettant en valeur la richesse des collections formant les « Archives africaines ». 
Lieux de travail

Archives générales du Royaume 2  – Dépôt Joseph Cuvelier, Rue du Houblon, 26-28, 1000 Bruxelles.
Université Saint-Louis – Bruxelles, Boulevard du Jardin botanique, 43, 1000 Bruxelles. 

Profil
  • Diplôme de docteur·e en Histoire.
  • Expérience probante de recherche dans le domaine de l’histoire coloniale belge, attestée par des publications scientifiques.
  • Connaissance approfondie de l’histoire et des archives coloniales belges.
  • Aptitudes pédagogiques dans le domaine de l’histoire contemporaine.
  • Connaissance des normes archivistiques internationales. Expérience minimale en matière d’archivistique.
  • Un master et/ou une formation complémentaire en archivistique et/ou en management de l’information numérique constitue un atout.
  • Bonne connaissance de Microsoft Office (Word, Excel et Access).
  • Connaissance approfondie du français.
  • Bonne connaissance du néerlandais et de l’anglais. 
Nous offrons
  • Le poste consiste en un engagement conjoint par les deux partenaires :
    • comme Chef·fe de travaux (personnel scientifique, grade SW2) sous contrat à durée indéterminée à mi-temps (0,5 ETP) aux Archives de l’État. Échelle barémique SW21 (31.880,00 EUR – 48.350,00 EUR salaire brut non indexé, soit un salaire net d’environ 1350 EUR sans ancienneté). Tous les services prestés dans les services publics et comme chercheur·e peuvent être valorisés.
    • comme Chargé·e de cours sous contrat à durée indéterminée à mi-temps (0,5 ETP) avec une période probatoire de 5 ans menant à la titularisation (personnel académique), à l’Université Saint-Louis – Bruxelles (selon les barèmes applicables au personnel académique des universités).
  • Entrée en service prévue le 1er février 2020. 
Les candidat·e·s doivent transmettre leur dossier (en pdf) au plus tard le 1er octobre 2019 par e-mail à sebastien.dubois@arch.be et à nathalie.tousignant@usaintlouis.be (référence : candidature FEDTWIN/SHARE).

Le dossier se compose d’une lettre de motivation, d’un CV détaillé avec liste des publications, ainsi que d’une copie du diplôme requis et d’un extrait de casier judiciaire.

Les candidat·e·s sélectionné·e·s sur base de leur dossier seront invité·e·s pour une audition par la Commission conjointe de sélection, prévue le 15 octobre 2019 aux Archives générales du Royaume, rue de Ruysbroeck, 2, B-1000 Bruxelles.

Pour toute information complémentaire, veuillez contacter M. Sébastien Dubois ou Mme Nathalie Tousignant.

(Source: Université Saint-Louis - Bruxelles)

9 September 2019

BOEK/OUVRAGE (TRADUCTION FRANÇAISE): Frederik VERLEDEN (trad. S. Govaert): Aux sources de la particratie. Les relations entre les partis politiques belges et leurs parlementaires (1918-1970)

De redactie van Standen & Landen deelt verheugd mee dat aflevering 110 van de reeks, Frederik Verledens De vertegenwoordigers van de Natie in partijdienst. De verhouding tussen de Belgische politieke partijen en hun parlementsleden (1918-1970), vanaf heden in een Franse vertaling beschikbaar is. Meer informatie over de vertaling vindt u hier



Les éditeurs de Standen & Landen sont heureux d'annoncer que numéro 110 de la collection,
De vertegenwoordigers van de Natie in partijdienst. De verhouding tussen de Belgische politieke partijen en hun parlementsleden (1918-1970) de Frederik Verleden, est maintenant disponible en traduction française. Plus d'information sur la traduction ici.

-----------------------------------------------------------------------------------

De longue date, la Belgique est considérée comme une particratie en raison du poids prépondérant qu’ont les partis politiques dans les processus de décision. En effet, les choix cruciaux sont davantage posés par les dirigeants de ces structures que par le Parlement. Les parlementaires, et même les ministres, sont les exécutants de ce que les présidents des partis ont décidé et les votes au Parlement sont dictés par la ligne du parti.

Si le fonctionnement et les critiques de la particratie sont bien connus, qu’en est-il de la genèse de cette particratie ? Curieusement, les origines de cette situation considérée comme évidente n’ont guère été creusées. C’est à ce travail que s’attelle cet ouvrage.

Frederik Verleden souligne la tension intrinsèque qui existe aujourd’hui entre, d’une part, des partis politiques solidement organisés et, d’autre part, la liberté théorique dont jouissent les parlementaires qui, selon la Constitution, sont considérés comme des représentants de la Nation dans son ensemble.

Ce principe constitutionnel est resté inchangé depuis 1831, alors que, au 20e siècle, les partis politiques ont pris une ascendance croissante dans le processus législatif et dans le fonctionnement de la Chambre des représentants.

Cette histoire de la particratie retrace les relations entre les partis politiques belges et leurs élus depuis la Première Guerre mondiale, qui marque la véritable fin du 19e siècle et de ce qui fut considéré comme « l’âge d’or du Parlement », jusqu’à la première réforme de l’État, décidée en 1970, qui coïncide avec le moment où les trois partis traditionnels se sont scindés sur une base linguistique.

-----------------------------------------------------------------------------------

Er is in onze democratie een duidelijke spanning tussen de strak georganiseerde politieke partijen en de theoretische vrijheid van de volksvertegenwoordigers, die geacht worden de gehele natie te vertegenwoordigen. Deze geschiedenis van de particratie reconstrueert de verhoudingen tussen de Belgische politieke partijen en hun gekozenen vanaf de Eerste Wereldoorlog tot de eerste staatshervorming (1970).

De belangrijke beslissingen [worden] niet meer door de Kamer genomen zoals vroeger”, stelde toenmalig Kamervoorzitter Achille Van Acker reeds in 1972 bitter vast. Sindsdien is de typering van de Belgische politieke besluitvorming als een particratie gemeengoed geworden. De cruciale beslissingen worden door, en aan de top van, politieke partijen genomen, niet door Kamer of Senaat als zodanig.

Parlementsleden en zelfs ministers zijn de uitvoerders van wat de partij(voorzitter) heeft beslist en in het parlement wordt steevast volgens de partijlijn gestemd. De analyse van en de kritieken op de particratie zijn ondertussen genoegzaam bekend, maar wat met de genese van de Belgische particratie? Vreemd genoeg is die geschiedenis tot dusver een grotendeels blinde vlek gebleven, hoewel inzicht in de ontstaansgeschiedenis van de particratie mee de verklaring en de appreciatie ervan zal kleuren.

Dit boek vertrekt van de inherente spanning tussen de hedendaagse strak georganiseerde politieke partijen enerzijds en anderzijds de theoretische vrijheid van de volksvertegenwoordigers, die krachtens de Grondwet geacht worden bovenal de gehele natie te vertegenwoordigen. Dit grondwettelijk principe is sinds 1831 onveranderd gebleven, hoewel de partijen in de twintigste eeuw een steeds grotere rol zijn gaan opeisen in de (kies)wetgeving en in de werking van de Kamer van volksvertegenwoordigers.

Deze geschiedenis van de particratie reconstrueert de verhoudingen tussen de Belgische politieke partijen en hun gekozenen vanaf de Eerste Wereldoorlog, het echte einde van de 19de eeuw die tevens de “gouden eeuw van het parlement” wordt genoemd, tot de eerste staatshervorming (1970), het tijdstip waarop de Belgische nationale partijen taalkundig uiteenvallen.

3 September 2019

Workshop : Les archives des cabinets ministériels/Ministeriële kabinetsarchieven (AGR/ARR 25 september 2019)



25/09/2019Algemeen Rijksarchief: Ruisbroekstraat 8, 1000 Brussel
Van 13.30u tot 16.50u (gevolgd door een receptie).
Tarieven: Gratis toegangContact : johan.dambruyne@arch.be -
Ministeriële kabinetten spelen een essentiële rol in het Belgische politieke systeem. Kabinetsarchieven zijn van essentieel belang om het besluitvormingsproces te begrijpen. Het zijn eersterangsbronnen voor historisch, politicologisch en sociologisch onderzoek. Tijdens een studienamiddag op woensdag 25 september 2019 in het Algemeen Rijksarchief stellen het Rijksarchief en Archiefbank Vlaanderen deze onderzoeksmogelijkheden uitgebreid voor.
Het Rijksarchief en andere publiekrechtelijke archiefinstellingen, maar ook private archiefinstellingen zoals het KADOC, AMSAB-ISG, ADVN en Liberaal Archief/Liberas, bewaren tal van kabinetsarchieven.
Deze archieven vormen een echte goudmijn, vol informatie over de formele en informele aspecten van de politiek, maar ze zijn slechts in beperkte mate ontsloten voor onderzoek als gevolg van hun omvang, specificiteit en complexiteit en het ontbreken van een grondige, globale benadering.
Het project ‘Waarderen van kabinetsarchieven’, gefinancierd door de Vlaamse overheid, wil het gebruik van deze archieven voor wetenschappelijk onderzoek stimuleren. Bij dit project zijn naast de vier bovengenoemde private archiefinstellingen ook Archiefbank Vlaanderen en het Rijksarchief betrokken. Doel is een praktisch werkinstrument te ontwikkelen voor de macro- en microwaardering van kabinetsarchieven.
Het Rijksarchief en Archiefbank Vlaanderen nodigen je uit kennis te maken met de resultaten van het project op een studienamiddag op woensdag 25 september 2019 in het Algemeen Rijksarchief.
Deelname is gratis, inschrijven kan tot 20 september 2019.
Meer informatie hier

Le 25/09/2019Archives générales du Royaume – Rue de Ruysbroeck 8, 1000 BruxellesHoraire :
De 13h30 à 16h50 (début de la réception).
Tarifs : Entrée libreContact : johan.dambruyne@arch.be -
Les cabinets ministériels jouent un rôle essentiel dans le système politique belge. Leurs archives sont capitales pour comprendre les rouages des processus décisionnels. Ce sont donc des sources de premier plan pour la recherche en histoire, en science politique ou encore en sociologie. Lors d’une après-midi d’étude qui aura lieu aux Archives générales du Royaume le mercredi 25 septembre 2019, les Archives de l’Etat et Archiefbank Vlaanderen présenteront exhaustivement les possibilités de recherche qu’offrent ces archives.
Depuis plusieurs décennies, elles sont conservées par des institutions d’archives privées telles le KADOCl’AMSAB-ISG, l’ADVN et Liberaal Archief/Liberas ou publiques, telles les Archives de l’Etat.
Nonobstant le fait qu’elles contiennent une mine d’or d’informations politiques sur le plan formel et informel, ces archives ne sont que très peu ouvertes à la recherche en raison de leur taille, de leur spécificité, de leur complexité et d’une absence d’approche globale et approfondie.
Le projet ‘waarderen van kabinetsarchieven’ financé par le gouvernement flamand a précisément pour objectif de stimuler l’emploi de ces archives dans le cadre de la recherche scientifique. Il réunit Archiefbank Vlaanderen, les quatre institutions d'archives mentionnées ci-dessus et les Archives de l’Etat. Son objectif est d’élaborer un instrument de travail pratique de micro- et de macro-valorisation de ces archives.
Ce sont les résultats de cette synergie que les Archives de l’Etat et Archiefbank Vlaanderen vous invitent à découvrir au cours de l’après-midi d’étude du 25 septembre prochain aux Archives générales du Royaume.
La participation à l’après-midi d’étude est gratuite.
Inscriptions jusqu’au 20 septembre 2019.
Plus d'information ici

27 August 2019

COLLOQUE/COLLOQUIUM: La naissance de l’École de Bruxelles (1886-1919) (2-3 OCTOBRE 2019)


Le Centre Perelman de l'ULB organise un colloque intitulé 

La naissance de l’École de Bruxelles (1886-1919)


Cette manifestation aura lieu, à l’ULB, les 2 et 3 octobre 2019
Ce colloque international et interdisciplinaire fait le point sur un épisode marquant de l’histoire intellectuelle de la Belgique : la naissance de l’École de Bruxelles à et autour de l’ULB au tournant des 19ème et 20ème siècle, marquée par le développement des sciences expérimentales et des sciences sociales, ainsi que l’implication des académiques dans la transformation de l’État libéral en État social. ce colloque portera pour partie sur les milieux juridiques.

Le programme détaillé du colloque est disponible ici.